{FIRSTNAME LASTNAME}
Joëlle Salomon Cavin
Maître d'enseignement et de recherche
Université de Lausanne
Faculté des géosciences
et de l'environnement
Géopolis 3506
CH-1015 Lausanne
 
 
Tél. +41 21 692 3561
Fax +41 21 692 3555
Joelle.SalomonCavin@unil.ch

Domaines de recherche


L'imaginaire anti-urbain

La ville, la grande ville surtout est depuis longtemps la mal-aimée dans l'imaginaire collectif occidental. Elle y est opposée à une nature ou à une campagne idéalisée.Alors que cette hostilité à l'égard de la ville constitue une tendance globale et multiséculaire, elle est paradoxalement, un phénomène peu explicité et peu étudié.

Dans mes travaux, je cherche à identifier les origines, les contenus et de la portée de la pensée urbaphobe dans différents contextes comme l'aménagement du territoire, la défense de la nature, la politique de la Banque mondiale ou encore l'œuvre de Edward Hopper.


La ville des défenseurs de la nature

La ville est traditionnellement un milieu condamné par les défenseurs de la nature (à l'exemple des ONG environnementales et des acteurs publics de la conservation), considérée comme un espace sans (vrai) nature et qui, par son développement, détruit la nature. Cette tendance connait actuellementune nette inflexion puisque la ville est de plus en plus investie comme nouveau terrain pour la protection de la nature.

Dans mes travaux, je décortique cette évolution tant du point de vue de l'imaginaire naturaliste que des pratiques concrètes de protection de la nature. J'ai ainsi exploré les stratégies urbaines d'associations de protection de la nature comme Pro Natura ou le WWF. Plus récemment, je me suis penchée sur le rapport ville nature dans la politique des parcs naturels en Suisse et, en particulier, sur le projet avorté de nouvelle catégorie de parc : le parc naturel urbain.


L'agriculture urbaine

L'agriculture urbaine est une expression qui qualifie selon les contextes des pratiques de jardinages dans la ville, de production agricole vivrière ou d'agriculture marchande dans les régions urbaines. Elle marie deux catégories – la ville et l'agriculture – que le XXe nous a habitué à penser comme séparées et même comme opposées.

Dans mes travaux, je m'intéresse à l'agriculture urbaine dans le contexte suisse et plus spécifiquement genevois, cherchant à comprendre ce que recouvre ce nouvel imaginaire de la ville fertile et la manière dont l'agriculture participe à la fabrique urbaine à l'échelle du quartier et de l'agglomération.


La ville dans les sciences de la vie

Entre déni, hostilité et intérêt inédit, l'écologie scientifique entretient avec le milieu urbain une relation complexe et en pleine transformation. En dépit d'une réticence historique des écologues à travailler sur la ville, l'écologie urbaine a pris en effet une importante expansion ces dernières années.

Dans mes travaux, je m'intéresse en particulier à l'histoire de l'écologie urbaine en Suisse et à la place de la ville dans la biologie des invasions. L'objectif est d'expliciter les mécanismes et les valeurs qui ont jusqu'à présent freiné, et stimulent désormais, la production des connaissances écologiques sur la ville.