{FIRSTNAME LASTNAME}
Silvia Wojczewski
Assistante diplômée - doctorante
Université de Lausanne
Institut de géographie et durabilité – Site de Sion
Ch. de l'Institut 18 - Bramois
Case postale 4176
CH-1950 Sion 4
 
 
Tél. +41 27 205 7325
Fax +41 21 692 3555
silvia.wojczewski@unil.ch

A l'Institut de géographie et durabilité de l'Université de Lausanne, Silvia est assistante-doctorante (Directrice : Anne-Christine Trémon, Co-directeur : David Picard) depuis 2016 en Anthropologie du tourisme et travaille sur les connections entre la migration et le tourisme ainsi que sur la phénoménologie du voyage. Elle est associée au groupe de recherche IGD "Cultures et natures du tourisme". Le thème de son doctorat porte sur la relation entre mobilités et identités, la construction du soi et le voyage, à travers le cas de Afro-Germans from Berlin and Frankfurt et la question d'identités diasporiques. Elle assiste au cours "Anthropologie du voyage et du tourisme" , "Patrimoine, innovation, terroir" et au "Stage de terrain" dans le cadre du Master en études du tourisme.

Silvia a fait des études d'anthropologie culturelle et sociale et de gestion de l'environnement à Vienne (Autriche) et Cordoba (Espagne). Après avoir réalisé une étude ethnographique au Mexique pour son mémoire de maîtrise (« Gendered division of labour in indigenous Maya households in Mexico- examples from the biosphere reserve Calakmul »), elle a fait un stage professionnel au Austrian institute for sustainable development (OIN) pendant un an. Ensuite elle était assistante de recherche à l'Université de médecine de Vienne au Département de médecine générale, Unit ethnomedicine and international health; thème principale : la migration internationale de personnels de santé dans les pays d'Afrique subsaharienne (avec des partenaires d'Universités du Mali, Uganda, Soudan, Botswana et Afrique du Sud) ainsi que la question du transnational family making and care.

Son projet de thèse explore le rôle du voyage et l’utilisation de medias sociaux pour la construction d’identités Afro-diasporiques de jeunes Allemand.e.s de descendance Africaine. Récemment il y a eu une croissance de blogs sur le Black travel/travel Noir, des blogs de beauté et de fashion de bloggeurs/euses Afro-descendant.e.s venant de différents pays ainsi qu’une croissance d’organisations politiques Afro-diasporique à niveau local, national et international qui promeuvent une conscience pan-Africaine. Ces plateformes de medias sociaux offrent de nouveaux points de connexion pour des jeunes Européen.ne.s de descendance Africaine et combiner avec une facilitation de mobilité transnationale sous forme de tourisme et migration, les personnes se déplacent davantage en dehors des frontières nationales pour faire l’expérience et pour articuler différentes formes d’identification et d’appartenance ; pour « se rechercher soi-même » , ce qui représente un discours important par rapport à la transition à l’âge adulte pour des personnes de classes moyennes de milieu urbain, le voyage fonctionne souvent comme stratégie qui aide à cette recherche de soi. En suivant et documentant la vie de personnes Noir de classe moyenne des villes en Allemagne et en retraçant leurs voyages, ma recherche est animée par un intérêt de savoir comment des identités diasporiques sont créées, particulièrement en explorant les liens à un sens de « Africanness » qui va au-delà d’un pays d’origine d’un parent. Comment les vies sont-elles façonnées par leurs décisions et actions individuelles d’un côté, et par des conditions structurelles de l’autre ? Comment leurs trajectoires sont-elles guidées par leur statut de classe moyenne urbaine et par leur statut de minorité racialisée, en tant qu’Allemand.e de descendance Africaine ? Comment les voyages transnationaux redéfinissent l’image du soi et de la société ? Voilà les questions qui sous-tendent cette recherche.