{FIRSTNAME LASTNAME}
Valérian Geffroy
Chercheur FNS Senior
Université de Lausanne
Institut de géographie et durabilité - Site de Sion
Bureau 208
Ch. de l'Institut 18
CH-1967 Bramois (Sion)
 
 
 
Tél. +41 27 205 7323
Valerian.Geffroy@unil.ch

Domaines de recherche


Tourisme

J'ai d'abord approché le tourisme comme engagement de loisir avec certains lieux. J'ai ainsi interrogé l'intersection du tourisme et des sports "de nature" pour comprendre comment certaines pratiques spécialisées font voyager en attirant vers des environnements bien particuliers, font l'objet de forts investissements affectifs et matériels, et créent des communautés de pratiques dynamiques.

Je travaille désormais sur le tourisme comme objet politique et enjeu de connaissance, dans le cadre du projet FNS sur la quantification du tourisme. En tant que pratique temporaire de la ville, le tourisme peut avoir des implications fortes sur la vie et l'économie locales. Les efforts faits pour quantifier le phénomène servent aussi bien à le soutenir comme secteur économique qu'à le contester comme perturbation du fonctionnement de la ville. Les chiffres sur le tourisme sont intégrés de manière croissante dans les débats, alors que la fréquentation touristique comme les pratiques des touristes en ville sont notoirement difficiles à cerner.


Étude critique de la quantification

Nous abordons, dans le projet Overtourism ?..., la quantification du tourisme en interrogeant les projets, pratiques, procédés, structures institutionnelles ou encore structures sémantiques qui sont mises en place pour permettre la mise en nombres d'un phénomène social. Cette perspective s'inscrit directement dans la sociologie de la quantification d'A. Desrosières, ainsi que dans les études des sciences et des techniques. Il s'agit là de dénaturaliser les statistiques en montrant comment elles s'inscrivent dans des projets politiques. L'angle d'étude permet également d'exposer les différents usages des statistiques comme argument, ou encore d'entrer dans les débats sur l'évolution des techniques de quantification, avec par exemple, dans le cas du tourisme, l'essor des données massives et des entreprises du numérique ou de la téléphonie mobile.


Spatialités des pratiques

J'aborde les phénomènes géographiques en particulier par les spatialités, ou dimensions spatiales des phénomènes sociaux ; et par les pratiques, ou schémas d'action partagés et relativement réguliers. Une telle perspective permet, pour le tourisme sportif de nature par exemple, de comprendre comment des régularités et groupes sociaux ("communautés de pratique") se forment autour d'engagements corporels et matériels, de préoccupations esthétiques et affectives, de savoirs spatiaux spécifiques.


Sports 'de nature'

J'ai appréhendé ces activités sportives pour leur capacité à distinguer des environnements bien spécifiques comme terrains de pratique, et leur propension à les valoriser d'autant plus qu'ils sont peu artificialisés ("naturels"). Les lieux les plus désirables dans ces différentes perspectives deviennent des "hauts lieux" et des destinations touristiques pour les communautés sportives.


Études du numérique

Je m'intéresse aux outillages numériques des pratiques, dans la mesure où ils accompagnent et facilitent les pratiques de loisir, de voyage, de sport, et donnent une importance renouvelée aux images et à l'information en général. Je m'intéresse également aux technologies numériques comme structures sociales et économiques ("urbanisme de plateforme") et comme productrices de nouveaux modèles de connaissance et de circulation de l'information ("big data"), voire de gouvernement par les "données".