IGD

Institut de géographie et durabilité de l'Université de Lausanne
Projets de recherche


Nouvelle recherche


Défis de la gestion des déchets solides municipaux: Apprendre des projets de gouvernance suite à des crises en Asie du Sud

Domaines de recherche Développement, sociétés, environnements
Mot-clefs Inde
Urban Political Ecology
Partenariats Sud-Sud
Népal
Sri Lanka
Financement Swiss Programme for Research on Global Issues (r4d), Fonds national suisse de la recherche scientifique, Direction du développement et de la coopération
Durée Novembre 2018 - octobre 2020
Site Web
Chercheurs Hollenbach Pia (Chercheure FNS) [web] [email]
Véron René (Réquérant principal) [web] [email]

Les pays du Sud connaissent une croissance rapide de la production de déchets ménagers due à l'urbanisation, au développement économique, et à l'expansion de la culture consumériste. Dans de nombreuses villes en développement, la collecte des déchets est incomplète, des décharges sauvages continuent à exister, et les infrastructures pour le recyclage et le traitement des déchets font défaut. Cette situation engendre un large éventail de problèmes environnementaux locaux (pollution de l'air, contamination des sols et des eaux, etc.) influençant la qualité de l'eau potable, de l'assainissement et donc la santé humaine. L'impact sur la population urbaine pauvre est disproportionné. Par ailleurs, la gestion inappropriée des déchets contribue à l'émission de gaz à effet de serre et représente donc un enjeu global de développement.

L'Asie du Sud observe la croissance de la production de déchets la plus rapide au monde, estimée à presque tripler entre 2010 et 2025. Pour répondre à ce défi, les approches se basant sur l'ingénierie et sur le management moderne sont habituellement favorisées. Les systèmes techno-institutionnels mis en place – majoritairement des infrastructures centralisées qui semblent avoir fait leurs preuves dans les pays industrialisés – sont promus par les bailleurs de fonds internationaux, « vendus » par les compagnies transnationales et adoptés par les municipalités locales. Souvent, leur adéquation technologique et institutionnelle au contexte local, leur acceptabilité politique et socioculturelle, ainsi que les capacités techniques et financières locales, ne sont pas prises en compte.

Le projet a pour but d'examiner des approches alternatives à la gestion de déchets ménagers qui s'appuient sur la participation et la collaboration entre des acteurs locaux sur des filières de gestion plus courtes et circulaires. En particulier, nous cherchons à analyser les processus politiques et socioculturels qui ont fait émerger des alternatives viables et à évaluer leur potentiel pour une reproduction dans des contextes géographiques différents. A cette fin, le projet étudie des initiatives de gouvernance récemment apparues dans trois villes d'Asie du Sud suite à une catastrophe naturelle ou anthropique. A Thiruvananthapuram (Kerala, Inde), la municipalité a développé un système de gestion des déchets ménagers innovant, décentralisé et basé sur la participation des communautés locales, après que des protestations locales ont forcé en 2012 la fermeture d'une déchetterie centralisée et d'un centre de compostage en périphérie de la ville. Au Népal, un tremblement de terre et un blocus routier établi par l'Inde en 2015 ont entravé le transport des déchets en dehors de certaines villes par leurs camions-poubelles. En conséquence, des microentreprises privées sont apparues dans la collecte des déchets au porte-à-porte et des clubs de voisinage se sont impliqués dans des activités de sensibilisation de la population à la périphérie urbaine de Katmandu. Dans l'agglomération urbaine de Colombo (Sri Lanka), les autorités ont réagi à un effondrement mortel d'une décharge municipale différemment : une unité spéciale de la polic a commencé à véritablement appliquer les lois existantes contre le « littering » et à obliger les citadins à utiliser les poubelles de l'espace public et à trier leurs déchets à la maison.

Cette recherche est menée par une équipe internationale et interdisciplinaire pour contribuer à une meilleure compréhension des processus politiques et socioculturels qui donnent lieu à des initiatives innovantes relatives à la gestion des déchets ménagers. En collaboration avec des ONG locales, l'accent est mis sur l'apprentissage mutuel à travers des partenariats Sud-Sud entre les autorités locales, la société civile et les chercheurs à travers l'Asie du Sud.